Under implementation : Volta-HYCOS


Aller à la version française

Among major rivers in the north tropical zone of Africa, the Volta presents several peculiar characteristics.  While the upper Niger, the Logone and the Chari, for example, flow from South to North from the humid tropical zones towards the borders of the Sahara, the Volta presents a different aspect altogether:  several small streams spring up in the Sahelian area below 1 000 mm of annual rainfall and move slowly towards the more humid South where they swell up considerably.

The river's length is over 1 850 Km with a basin of 400 000 km² and flows into the Atlantic Ocean.  It covers almost the whole Southern part of Burkina Faso and almost the whole northern part of Togo as well as the greater part of Ghana. Some minor portions also cover the fringes of Benin, Côte d’Ivoire and Mali.

The discharge of the Volta becomes considerable only in its lower reach in central Ghana after receiving significant inflow from its Oti tributary.  It is here that the Akosombo dam, created in 1964, with more than 60 billion m3 of usable reserve and a storage capacity of 148 billion m3, accumulates more than one and half times the module. The Volta Lake has become the hub of Ghana’s development. Further north, increasing needs of populations of the pre-Sahelian zone have led to intense research for means of optimal use of water in spite of its scarcity. The Bagré, Kompienga and Ziga dams have been built in this framework. The total storage volume in Burkina Faso is less than 4 billion m3.

The 400 000 km² of the Volta basin are drained by a hydrographical network formed around three main branches, namely:  the Mouhoun (Black Volta), the Nakambé (White Volta) and its tributary the Nazinon (Red Volta).  The main tributary of the Volta is the Oti, which flows from Togo and Benin.

Volta-HYCOS is being developed as a basin oriented follow-up of the AOC-HYCOS project. A project document for Volta-HYCOS was prepared by WMO in cooperation with L’Institut de recherche pour le développement (IRD) and in September 2002 made available to the National Hydrological Services (NHSs) of major stakeholders of the river basin (Ghana and Burkina Faso) for first comments.

Heads and experts of the major stakeholders met in Accra in October 2002 and suggested amendments to the draft project document to be incorporated in the proposal, which has also been subsequently circulated to all countries in the basin. The project document has been reviewed and endorsed by NHSs of the six riparian countries (Benin, Burkina Faso, Côte d'Ivoire, Ghana, Mali, Togo).

The Volta-HYCOS aims to develop necessary regional framework, and underlying technical infrastructure of data collection and management, for exchange of information on the status of water resources, which is necessary for development.

To ensure that the project is demand driven and to obtain commitments from countries, WMO in collaboration with IRD organized a preparatory meeting in Ouagadougou in March 2004 to present and discuss the draft project document among country representatives. The meeting reviewed the project proposal and made recommendations on its implementation.

The  fiscal cost of the project is € 2.2 million with a total in-kind contribution of € 1.2 million by the six participating countries (€ 200,000), IRD (€ 870,000) and International Institute for Water and Environmental Engineering (€ 150,000).

The project was initially funded by the Fonds Français pour l'Environnement Mondial (FFEM) with € 1.0M, 2006-2009 through the Agence Française de Développement (AFD) and subsequently by the African Ministerial Council for Water (AMCOW) through the African Water Facility (AWF) with a grant of € 1.2 million. The initial project duration of 22 months has been extended. WMO is the Executing agency of the project and provides technical supervision for its implementation. 

The Project Regional Centre (PRC) was initially hosted by the International Institute for Water and Environmental Engineering (2iE, previously Groupe d’Ecoles Inter-Etats EIER-ETSHER - GEE) located in Ouagadougou, Burkina Faso. The French institute of Research for Development (IRD) provided scientific and technical support to the project.

The preparatory phase started in January 2006 by appointing Mr Jacob Tumbulto (Ghana) as project manager (December 2005) and field activities began in early 2006. The Project Management Unit became operational in January 2006. A project team carried out a series of country visits to discuss needs, identify networks and finalize a detailed project document.

A six-month preparatory phase of the project, with a detailed implementation plan and relevant budget, was completed by organizing the first Steering Committee meeting in Ouagadougou, in September 2006, where the project document, budget and workplan were approved. The implementation phase of the project started in October 2006. Member countries have since recommended expanding project activities and budget to support the newly established Volta Basin Authority (VBA).

Four training courses were organized on a regional level including one jointly organized with the Niger Basin Authority (NBA) to strengthen cooperation between Niger-HYCOS and Volta-HYCOS. Further four regional courses took place in 2007 and 2008. Similar National training courses are planned to be conducted by trained personnel in the countries. A project document has been finalized and is now available in English and French.  Training material can be found at the bottom of this page. 

 

The Volta Basin Authority

In the framework of strengthened basin-wide cooperation promoted by Volta-HYCOS, the Volta Basin Authority (VBA) was established.  In January 2007 during the Economic Community of the West African Sates (ECOWAS) Summit, Heads of State of the six riparian countries signed a convention establishing the statute of the Volta River and establishing the VBA.  The VBA is responsible for promoting sustainable and integrated management of resources of the Volta basin and protecting the environment and ecosystem of the River. The VBAis  based in Ougadougou, Burkina Faso, and is currently the host of the Volta-HYCOS Project as well as the executing agency.

The overall development objective of the project is to:

  • support the implementation of the VBA Convention
  • reinforce the technical and institutional capacities of the NHSs (National Hydrological Services) of the Volta Basin member countries
  • strengthen the hydrological observing networks, especially by using the various remote measuring technology options
  • promote the development of national and regional databases.

 

Further Information on Volta-HYCOS

 


En cours de mise en oeuvre : Volta-HYCOS


Go to the English version

Parmi les principaux cours d'eau de la zone tropicale boréale de l'Afrique, la Volta présente plusieurs présente plusieurs traits originaux. Alors que le Niger supérieur, le Logone et le Chari, par exemple, coulent du sud au nord des régions tropicales humides vers les confins du Sahara, la Volta offre un aspect opposé : plusieurs maigres formateurs naissent dans le Sahel au dessous de 1000 mm de précipitations annuelles et se dirigent après mains détours vers le sud, plus humide, où ils s’enflent et se gonflent notablement.

La longueur du fleuve est de plus de 1850 km avec un bassin de 400.000 km² qui se jette dans l’Océan Atlantique. Il concerne presque toute la partie méridionale du Burkina Faso et presque toute la partie septentrionale du Togo, ainsi que la majeure partie du Ghana. Quelques portions plus modestes intéressent les franges du Bénin, de la Côte d’Ivoire et du Mali.

Le débit de la Volta ne devient important qu’au centre du Ghana dans son bief inférieur après avoir reçu d'importants apports de son affluent principal, l’Oti. C’est là où le barrage d’Akosombo créé en 1964 avec plus de 60 milliards de m3 de réserve utilisable et une capacité de stockage de 148 milliards de m3, accumule plus d’une fois et demie le module. Le Lac Volta est devenu un pôle de développement du Ghana. Plus au nord, les besoins croissants des populations des régions pré-sahéliennes ont conduit à rechercher assidûment les moyens d’exploiter l’eau de manière optimale, malgré sa rareté Le barrages de Bagré, Kompienga et Ziga ont été construits dans ce cadre. Le volume total de stockage au Burkina Faso est de moins de 4 milliards de m3.

Les 400.000 km² du bassin de la Volta sont drainés par un réseau hydrographique qui se développe autour de trois branches principales qui sont : le Mouhoun (Volta Noire), puis le Nakambé (Volta Blanche) et son affluent le Nazinon (Volta Rouge). Le principal affluent de la Volta est l'Oti, qui coule du Togo et du Bénin.

Le projet Volta-HYCOS a été développé dans le cadre du suivi à l’échelle des principaux bassins internationaux du projet AOC-HYCOS. Un document de projet pour Volta-HYCOS a été établi par l'OMM en collaboration avec l'IRD et mis à la disposition des SHN des principaux acteurs du bassin versant (le Ghana et le Burkina Faso) pour les premiers commentaires en septembre 2002. Les responsables et les experts des principales parties prenantes se sont réunis à Accra en octobre 2002 et ont proposé des amendements au document de projet préliminaire qui a été ensuite diffusé, une fois les commentaires intégrés, à tous les pays du bassin. Le projet de document a été examiné et approuvé par SHN des six pays riverains (Bénin, Burkina Faso, Côte d'Ivoire, Ghana, Mali, Togo).

La projet Volta-HYCOS vise à développer le cadre régional, ainsi que l'infrastructure technique sous-jacente de collecte et gestion de données, nécessaire pour l'échange d'informations sur l'état des ressources en eau, en appui aux initiatives de développement. Pour s'assurer que le projet est axé sur la demande et obtenir l’engagement des pays concernés, l'OMM, en collaboration avec l'IRD, a organisé à Ouagadougou en mars 2004 une réunion préparatoire afin de présenter et de discuter entre les représentants des pays le document de projet préliminaire. La réunion a examiné la proposition de projet et a fait des recommandations sur la mise en œuvre.

Le coût total du projet est de 2,220 millions d’Euros. Le Fonds français pour l'environnement mondial (FFEM), par le biais de l'Agence Française de Développement (AFD) finance le projet à hauteur de € 1000000, IRD offre 780000 Euros en nature et 2iE et les pays participants 440000 Euros. Un accord pour le financement du projet a été signé en décembre 2004 entre l'OMM et l'AFD. L'OMM est l'agence d'exécution du projet et fournit l'encadrement technique pour sa mise en œuvre. L'OMM a signé deux autres accords de travail avec l'IRD et le 2iE. Le Centre régional du projet (CEP) est hébergé par l'Institut international d’ingénierie de l'eau et de l'environnement (2iE, auparavant Groupe d'Ecoles Inter-Etats EIER-ETSHER - GEE), situé à Ouagadougou, au Burkina Faso. L'institut français de recherche pour le développement (IRD) fournit un soutien scientifique et technique au projet.

La phase préparatoire a démarré en janvier 2006 après la nomination de M. Jacob Tumbulto (Ghana) en tant que directeur de projet (décembre 2005) ; les activités de terrain ont commencé au début de 2006. L'unité de gestion du projet est devenue opérationnelle en janvier 2006. Une équipe de projet a effectué une série de visites dans les pays pour discuter leur besoins, évaluer l’état des réseaux et de finaliser le document de projet détaillé.

La phase préparatoire du projet, qui a durée six mois et pendant laquelle ont été développés le plan d'exécution détaillé et le budget relatif, s’est achevée par l'organisation à Ouagadougou, en septembre 2006d de la première réunion du Comité de pilotage, au cours de laquelle le document de projet, le budget et le plan de travail ont été approuvées. La phase de mise en œuvre du projet a débuté en octobre 2006. Les pays membres ont recommandé d'étendre les activités du projet et la couverture budgétaire afin de financer l’Autorité du bassin du Volta (ABV), récemment établie.

Quatre stages ont été organisés au niveau régional, dont un organisé conjointement avec la NBA pour renforcer la coopération entre les projets Niger-HYCOS et Volta-HYCOS. Quatre autres stages régionaux sont prévus en 2007 et 2008. Des stages de formation similaires sont prévues pour être conduites au niveau national par du personnel qualifié. Un document de projet a été finalisé et est maintenant disponible en anglais et en français. Ci-dessous est présenté le matériel des cours de formation.

Autorité du bassin de la Volta

Dans le cadre du renforcement de la coopération à l'échelle du bassin promue par Volta-HYCOS, l'Autorité du bassin de la Volta (ABV) a été créé. En janvier 2007 lors du sommet de la Communauté Economique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), les chefs d'État des six pays riverains ont signé une convention instituant le statut de la Volta et établissant la ABV. L’ABV est chargé de promouvoir la gestion intégrée et durable des ressources du bassin de la Volta et de protéger l'environnement et l'écosystème du fleuve. L'OMM est en train de fournir son appui à l’ABV pour obtenir des fonds pour soutenir ses nouvelles activités.